Et si ce qui comptait pour réussir c’était sa capacité d’adaptation ?

Le monde (professionnel) appartient à ceux qui savent utiliser leur capacité d’adaptation.

Pour réussir dans la vie, notamment la vie professionnelle, les profs, nos parents et les conseillers de Pôle Emploi nous répètent qu’il faut un bon diplôme, dans un secteur d’activité qui recrute, un réseau capable de nous épauler, et beaucoup de motivation. Tout cela est bien vrai, mais ce n’est pas tout. Je voudrais vous parler d’une compétence dont on ne parle pas à l’école. Mais qui fera la différence au cours de votre vie professionnelle : votre capacité d’adaptation !

S’adapter, c’est modifier sa pensée, son comportement pour le mettre en accord avec une situation nouvelle, à quelqu’un ou quelque chose en particulier. Par exemple, je ne raconte pas mes vacances de la même façon à ma grand-mère dans sa maison de retraite, à mes collègues le 1er jour de septembre, ou à mes potes les plus proches. Le niveau de langage et le contenu des anecdotes varient en fonction de mes interlocuteurs et des circonstances. L’adaptabilité, ou capacité d’adaptation, correspondent à la faculté de s’adapter à de nouveaux milieux ou à de nouvelles situations. Et cette qualité fera la différence dans le monde professionnel.

“Votre capacité d’adaptation fera la différence dans le monde professionnel”

Ça tombe bien, notre faculté d’adaptation est instinctive car liée à la partie animale de l’Homme, un « animal social » comme disait Aristote. Notre corps s’est adapté et continue de s’adapter à l’environnement dans lequel nous vivons depuis des millénaires. Pour survivre, nous avons pris la forme (les formes) que nous avons aujourd’hui. Au-delà de la réalité de l’Évolution et de notre adaptation biologique, nous sommes spontanément enclins à nous adapter pour nous intégrer et vivre en société. Si je me mets à hurler dans le bus, il y a peu de chance pour que j’arrive à destination. Et je risque de lier connaissance avec peu de monde en portant une mini-jupe à Peshawar. L’être humain assimile des codes culturels, moraux, légaux, pour assurer sa survie en société. Ces codes sont fortement liés à un contexte culturel, historique ou politique, et changent en fonction des contextes. Nous le verrons dans un prochain article, mais notre capacité à identifier, décrypter et assimiler ces codes peut être largement boostée avec un peu de gymnastique.

 

Pourquoi la capacité d’adaptation a-t-elle autant d’importance pour travailler ?

Le monde du travail change, les formes d’emploi (type de contrat de travail, statut salarié ou indépendant, apparition des plateformes), les métiers, et les modes de management connaissent de profondes mutations, qui rendent la capacité d’adaptation d’autant plus nécessaire.

De multiples raisons expliquent les évolutions récentes et à venir du monde du travail.

D’un côté : le chômage, qui touche beaucoup les jeunes et dure de plus en plus longtemps, conduit à réfléchir à des solutions innovantes tout en imposant de nombreuses contraintes (de financement par exemple).

Ensuite : L’allongement de la durée de vie pose également de nouveaux défis, notamment pour mélanger les générations dans le monde professionnel.

Enfin, le numérique et ses nouvelles technologies de la communication, la robotisation, l’intelligence artificielle et l’utilisation des « big data » influencent grandement le marché du travail et la façon dont les personnes travaillent.

Ces mutations révolutionnent le monde du travail. Qui dit révolution, dit adaptation.

J’en vois deux principales conséquences : des carrières chaotiques avec de nombreuses transitions (donc adaptation !) ; et l’apparition de nouveaux métiers et de nouvelles façons de travailler (donc … adaptation !)

Alors que nos parents ont connu 1 ou 2 employeurs pendant leur vie, nous en changerons en moyenne 10 à 15 fois : c’est la fin de l’emploi et de l’entreprise à vie. Aujourd’hui, 90% des embauches sont en contrat court, et même les CDI sont loin de durer une éternité. Ces chiffres signifient que nous connaîtrons des changements professionnels nombreux dès notre entrée dans la vie active. Nous vivrons des A/R entre emploi et chômage et entre différentes formes d’emploi. Pour faire face à ces transitions, notre capacité d’adaptation sera bien utile !

(1/3 des CDI rompus dans l’année, et 45% chez les < 25 ans)

Au-delà de ces changements de statut, les métiers que nous sommes susceptibles d’exercer évoluent. De nouveaux apparaissent même tous les jours (qui connaissait le community manager il y a 10 ans ?). Avec les usages du numérique et l’automatisation, la nature des postes change et se complexifie. Une personne chargée de recrutement devait maîtriser 5 compétences au début des années 2000, et près du double aujourd’hui.

La formation professionnelle et les études supérieures ont le plus grand mal à nous préparer à la réalité

Il est en effet difficile de savoir à quoi ces métiers ressembleront dans 1, 5 ou 10 ans. Il va donc falloir compter sur notre capacité d’adaptation et d’apprentissage pour intégrer au fur et à mesure les innovations et changements à venir.

La vie au travail change aussi : travail à distance, management participatif et par objectifs, etc. Avant, on demandait à nos parents le sens de la hiérarchie, une obédience et fidélité à toute épreuve. Aujourd’hui les dirigeants attendent de l’initiative, de l’autonomie et une capacité d’innovation de leurs collaborateurs. Les modes d’organisation et de prise de décision sont revus régulièrement, c’est le changement perpétuel ! Ici encore, il nous faut faire preuve d’adaptation. Les récalcitrants peineront à tirer leur épingle du jeu de ces évolutions, et surtout, en seront malheureux.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.