Garder le rythme (1/2)

Comment garder le rythme quand on se sent seul ?

Aujourd’hui, je te propose de reprendre l’histoire de la récompense royale. Commence bien par la première partie ici. Le candidat qui a gagné a été choisi parmi des millions de prétendants. Ce n’est pas rien ! Essayons de comprendre pourquoi lui plus qu’un autre est allé au bout de cette épreuve. Les compétences jouent, mais c’est surtout la capacité à garder le rythme qui compte.

Notre candidat s’appelle Toucan..

Après l’annonce du concours par l’émissaire du roi, il y avait une émulation folle dans tout le royaume. Tout le monde parlait du concours. Dans les villages, certains commençaient déjà à faire des paris sur le grand gagnant. Pendant un mois entier, la famille et les amis de Toucan l’ont motivé et encouragé à participer. Avec le recul, il se rend compte que pendant ce mois, il s’est laissé porté. Il n’avait pas à fournir beaucoup d’effort pour se motiver, car son environnement créait l’énergie qui le faisait avancer. Toucan a de la chance, car bien d’autres jeunes n’avaient pas un entourage porteur. Mais ça, nous y reviendrons dans quelques jours.

Après un long périple pour arriver au château, la motivation de Toucan était toujours au beau fixe. Bien sûr, le chemin n’a pas été facile. Après avoir attrapé de bonnes ampoules les premiers jours de marche, son sac de provision fut dérobé à 50km de l’arrivée. Il décida quand même d’aller jusqu’au château.

Il décida quand même de poursuivre l’aventure !

Sur 3 millions de sujets dans le royaume, seuls 10 000 arrivèrent au château. Cela ne semblaient pas étonner le roi. Il avait prévu de belles installations d’accueil, de la nourriture en abondance et des stands de divertissement. Il fut annoncé aux premiers arrivés qu’ils devraient attendre 10 jours sur place, le temps d’attendre tous les candidats.

Toucan était fasciné par la situation. Il régnait une énergie qu’il n’avait jamais connu jusqu’ici. Il aimait rencontrer de nouvelles personnes tous les jours et découvrait la diversité du royaume. 

Au bout du 5ème jours, la situation s’est dégradée. Une forte tempête balaya le campement, à tel point que beaucoup de tentes dans lesquelles dormaient les candidats s’étaient effondrées pendant la nuit. Les affaires personnelles étaient trempées. Ceux qui avaient fait des stocks de provisions avaient tout perdu. Au petit matin, la tempête avait été si forte que des rumeurs annonçaient l’annulation du concours.

C’est alors que des groupes de candidats décidèrent de quitter le lieu et de retourner chez eux. Certains étaient épuisés par la nuit blanche, d’autres avaient froid, d’autres encore étaient énervés contre l’organisation. Ils pestaient car les tentes n’étaient pas assez solides, que le concours était une farce et qu’ils avaient perdu 5 jours à ne rien faire. Ils n’ont pas réussi à garder le rythme, à rester focus sur leur objectif.

Les premiers candidats abandonnent… Ils oublient leur objectif et n’arrivent pas à garder le rythme

Toucan était contre un arbre, assis un peu plus loin et les observait partir. Il avait faim et froid et tentait de sécher ses vêtements. Il pensait à sa famille qui était au coin du feu, à ses parents qui étaient loin. La pensée d’un retour effleura son esprit. Il ferma les yeux et mis la main sur son coeur, comme sa mère lui avait appris à faire quand il traversait des moments difficile. Sa main toucha le pendentif qu’il portait depuis le départ de son village. Soudain, il se rappela ce que son père lui avait dit : “quand tu seras hésitant, que tu te sentiras perdu, ouvre-le”. Toucan ouvrit le pendentif et lut : “je veux donner le meilleur de moi-même pour gagner ce concours, je n’abandonnerai pas et vous serez fiers de moi”.

Tu dois trouver des moyens pour garder le rythme, tenir la distance

C’était la phrase qu’il avait dit en famille, la veille de son départ, quand on lui avait demandé une ultime fois pourquoi il partait. Une chaleur dingue traversa son corps. Il frissonnait comme si quelque-chose s’était réveillé au fond de lui. Il se leva déterminé, ferma les yeux et pris une profonde inspiration en pensant à sa famille. La phrase bourdonnait dans sa tête, il se sentait fort, il se sentait imbattable. “Je n’abandonnerai pas” se dit-il. “Tous ces efforts, tous ces sacrifices, je sais pourquoi je les ai faits, et pourquoi je continuerai à les faire” . Soudain, sans réfléchir, il cria de toutes ses forces et jusqu’à bout de souffle “MERCI !”.

Il retourna au campement pour aider les autres à ranger et sécher leurs affaires. Mais surtout, il les encourageait.

Il cria de toutes ses forces et jusqu’à bout de souffle “MERCI !”.

Terminé pour aujourd’hui ! J’espère que cette histoire t’as inspiré ! Demande toi comment elle peut t’aider, là ou tu en es aujourd’hui. 

Toucan avait un objectif clair ET un moyen de se le rappeler (grâce au pendentif). Grâce à ces deux éléments, il a re-mobilisé sa motivation, il a gardé un rythme et il a retrouvé de l’énergie.

Et toi, quel est ton objectif ? Quelles sont tes techniques pour te le rappeler souvent ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.